Rechercher
  • Maud Naturo

Notre ventre, un véritable allié santé

L’équilibre du système digestif repose sur le bon fonctionnement de nos intestins, un tuyau organique de 8 m de long qui apparait de plus en plus complexe et sophistiqué. La flore intestinale qui le peuple joue un rôle essentiel dans notre santé en général, en concordance avec les millions de neurones qui en tapissent les parois. Il se grippe, et c'est tout notre organisme qui souffre.


Comme pour le cerveau, ces neurones sont connectés entre eux et émettent des signaux permettant au tube digestif de se contracter et de participer à la digestion. Il y a un vrai dialogue entre l'intestin et le cerveau. L’intestin joue un rôle essentiel dans l’émergence et la perception des émotions et les expressions populaires en témoignent inconsciemment : « avoir la peur au ventre », « avoir des papillons dans le ventre », « avoir les intestins noués par le stress »… 95% de la sérotonine est produite au niveau de l’intestin et prend part aux échanges entre le cerveau et l’intestin via le nerf vague. La sérotonine est un neurotransmetteur, parfois aussi appelé «hormone de la sérénité» qui régule une vaste gamme de fonctions comme l’humeur ou le comportement. Le microbiote intestinal influencerait donc les fonctions de l’organisme, au-delà de ses rôles de processus de transformation dans ce dernier, et de barrière vis-à-vis des agressions extérieures. Sa participation à l’axe intestin-cerveau conduit même à penser qu’en cas de déséquilibre, il pourrait jouer un rôle dans de nombreuses maladies neurologiques et psychiatriques. L'intestin est donc composé des neurones, mais également des fibres musculaires, et surtout des milliards de bactéries (qu'on appelle microbiote) avec lesquelles on vit en harmonie.

Notre flore intestinale se constitue vers l'âge de 3 ou 4 ans, il est donc important de s'alimenter de manière très diversifiée, de ne pas prendre trop d'antibiotiques et d'être exposé à des microbes. La muqueuse intestinale représente la plus grande surface de notre organisme. Cette fonction barrière de l’intestin joue un rôle clé de défense et repose sur trois piliers : le système immunitaire, la flore intestinale (microbiote) et les tissus de l’appareil digestif. Des perturbateurs quotidiens tels que les médicaments et notre mode de consommation (alimentation trop riche en sucres, en graisse, en sels, en additifs…) mais aussi l’augmentation des allergies, intolérances alimentaires, stress, maladies inflammatoires, peuvent altérer la muqueuse et laisser s’installer la porosité intestinale. Il y a alors malabsorption des micronutriments (vitamines, minéraux…) mais aussi une pénétration facile des agents pathogènes pouvant entrainer des infections, encrassages, maladies…


Le passage de toxines dans le sang et dans la lymphe va provoquer petit à petit une intoxication sanguine, puis un processus inflammatoire chronique et une réponse immunitaire qui, en fonction des personnes, aboutit à l’apparition de pathologies digestives (syndrome de l’intestin irritable, maladie de Crohn), pathologies métaboliques (obésité, surpoids, diabète), pathologies cutanés (eczéma, psoriasis), pathologies auto-immunes, voire pathologies osteo-articulaires, neurodégénératives ou encore neurologiques. Il faut donc chouchouter son ventre avec une alimentation saine et équilibrée et entretenir son microbiote en mangeant des aliments riches en prébiotiques et des probiotiques. Si le mal est déjà fait, des solutions naturelles existent ainsi que des compléments alimentaires ciblés qui permettront la reconstitution d’une bonne flore intestinale, source primordiale de bonne santé physique et psychique.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout